Blog beauté, voyages, nutrition et ecologie

Et si on parlait écologie avec le film Demain ?

Et si on parlait écologie avec le film Demain ?

Bonjour,

Hier soir, malade au fond de mon lit j’ai saisi ma liste de « films à voir« . Vous savez, les films dont vos potes vous ont parlé un jour mais où vous n’aviez pas eu le temps de faire autre chose que de les noter dans un coin  de votre téléphone. Bref, j’ai regardé le film Demain.

Bande-annonce

A propos du film

Comme son nom l’indique, Demain évoque le futur mais pas un futur rempli de zombies, d’aliens ou d’apocalypse…Non, Demain met en lumière des solutions concrètes qui sont déjà mise en place à petite échelle dans différentes régions du monde et qui pourraient avoir un impact énorme si elles étaient appliquées à de contrées plus vastes afin de  limiter les problèmes environnementaux et sociaux majeurs de notre ère (pollution, corruption, démocratie, pauvreté, etc.)

Ce film documentaire réalisé par Mélanie Laurent et Cyril Dion est sorti sur les écrans français le 2 décembre 2015 et récompensé du César du Meilleur film documentaire en 2016. Par ailleurs, il a été en partie financé par les internautes via le site Kiss Kiss Bank Bank (site de crowdfunding).

demain film cyril dion melanie laurent avis critique

Ce film de 118 minutes se décompose en 5 chapitres: l’alimentation, l’énergie, le modèle économique, la démocratie et enfin l’education.

La construction du film

Demain est un film inspirant et original, il est en effet rare d’aborder les problèmes d’écologie dans les salles obscures. Le film commence par aborder le premier chapitre, celui de l’alimentation car il est bien vrai de dire que c’est l’un des principaux problèmes de notre monde: l’épuisement des ressources en eau, l’utilisation de pesticides/OGM/herbicides, les monocultures, la population de plus en plus dense à nourrir, l’émission de CO2 et j’en passe.

Chapitre 1: l’alimentation

Les deux réalisateurs et leur équipe partent donc en quête de solutions efficaces et prouvent efficacement que l’agriculture à échelle industrielle n’est pas efficace. Des Etats-Unis à la Normandie, ils rencontrent des acteurs qui produisent leur nourriture avec un haut rendement sans pour autant détruire la nature: permaculture, agroécologie, culture associé, agriculture urbaine, production et consommation collaborative…J’ai été particulièrement bluffée par la technique des cultures associées, le principe est simple: chaque plante en plus de donner des fruits aide une autre plante à subvenir à ses besoins.Pour être plus claire voici deux exemples cités dans le film: le basilic a une odeur forte qui va faire fuir les nuisible, il est mis au dessous d’un plant de vigne qui libère de l’humidité qui est bénéfique au basilic. Ainsi chacune des plantes sert l’autre ce qui permet d’avoir un maximum de plants (et donc de rendement) dans un petit espace: tout est optimisé donc plus besoin de tracteurs, la cueillette se fait à la main et est plus rapide, donc pas d’émission de CO2.

demain chapitre 1.jpg

Chapitre 2: l’énergie

On connait tous les problèmes des énergies fossiles et nucléaires: épuisement des ressources, dangerosité pour les populations, émissions de CO2, etc. Ce qui parait déjà aujourd’hui aberrant puisque des solutions naturelles et sans impact environnemental négatif existent ! Ce sont les énergies renouvelables: panneaux solaires, éoliennes, géothermie, recyclage des déchets pour produire une source d’énergie. Reykjavík en Islande et Copenhague au Danemark se positionnent en véritables modèles. Par exemple, Copenhague a réduit de 40% ses émissions de CO2 en moins de 20 ans !

demain chapitre 2b.jpg

Les pays nordiques ont tout compris, en plus de bientôt s’auto-suffir en énergie, ils réalisent des économies très importantes. Notons qu’en plus, les citoyens sont très impliqués et incités à émettre le moins possible de CO2 en préférant notamment à Copenhague les transports « plus propres » que la voiture, les chiffres sont éloquents: 4 personnes sur 5 possèdent un vélo, 20% se déplacent à pied, 26% à vélo et 21% en bus/métro: imaginez cela fait 67% qui ne prennent pas la voiture pour se rendre au travail, quand je vois le nombre de véhicule qui circulent sur nos routes françaises avec seulement une personne à bord, je me dis que le chemin est encore long pour arriver à un modèle plus respectueux de l’environnement. Mais après tout, il n’est parfois pas possible de faire autrement.

demain chapitre 2c.jpg

Je vais prendre mon exemple: je travaille à 50 kilomètres de mon travail, je pourrais me rapprocher certes mais je n’ai seulement qu’un CDD et pas l’intention de continuer à travailler dans cette ville plus tard, je fais donc au moins 100 kilomètres par jour temporairement. C’est plutôt beaucoup et cela a forcement un impact sur la planète, j’en suis consciente. C’est pour cela que j’ai cherché des solutions alternatives: train, bus, covoiturage ?!  Mais malheureusement, pas de gare à proximité, ni de bus reliant ces deux villes ! La seule solution restante restait le covoiturage, je croise souvent des voitures faisant quasi le même trajet que moi avec à leur  bord seulement le conducteur, illico je poste une annonce de covoiturage pour me faire amener / amener ou bien faire moit-moit, mais rien, cela fait 8 mois et aucune personne ne m’a contacté alors que l’annonce a été renouvelé plusieurs fois. Qui blâmer dans ce cas, les conducteurs qui s’en fichent de faire du covoiturage, les élus qui ne proposent pas suffisamment de lignes de transport en commun, moi d’avoir accepté ce travail ?

Chapitre 3: Le modèle économique

Nous sommes dans un modèle capitaliste, c’est un fait et cela a peu de chances de changer.Les banques dominent le monde mais lorsque celles-ci plongent, il s’ensuit des crises économiques qui se propagent à travers le monde. Dans une petite ville britannique, ils ont donc créer leur propre monnaie locale, elle ne peut être dépensée que localement bien entendu et n’a donc aucune valeur en dehors de leur ville. D’autres associations en Suisse ou aux Etats-Unis réunissent les PME ou les entrepreneurs pour créer un réseau entre eux. Par exemple en Suisse, la banque Wir a émis le franc wir, une monnaie complémentaire au franc suisse  qui ne peut être dépensée qu’entre les 60000 PME adhérentes, ainsi si une nouvelle crise économique mondiale survient, elles devraient être moins touchées.

demain chapitre 3.jpg

Chapitre 4: La démocratie

Le lien entre démocratie et modèle économique est étroit, les politiques ont souvent dans leur propre entourage de grands industriels. Il n’est pas rare de voir dans les journaux des soulèvements de citoyens contre leurs dirigeants car ceux-ci écoutent que rarement les souhaits de la population. L’équipe de tournage est donc partis en Islande où le peuple s’est soulever en 2008 après que le pays ait subi la crise économique importante et où des milliers de personnes ont perdus leur emploi. Le peuple manifeste alors tous les samedis pour demandé la démission de gouvernement, puis organisent un tirage au sort pour nommer des citoyens lambda afin de rédiger une nouvelle Constitution. (plus d’infos sur la page Wikipedia ici).

demain chapitre 4.jpg

Ce chapitre montre que l’essentiel réside dans le fait de rester soudés, mais ne faut-il pas apprendre à l’être dès l’enfance ?

Chapitre 5: L’éducation

Le film se referme sur ce dernier chapitre qui survient pourtant en premier dans nos vies: l’éducation ! Direction donc la Finlande, l’un des pays les plus performants en terme d’apprentissage. Pourtant ces enfants ont moins d’heures de cours que les petits français, alors pourquoi cela marche t-il mieux ? Le personnel éducatif explique qu’ici tout repose sur la confiance, les établissements ne sont pas évalués les uns par rapport aux autres. Idem, les professeurs essaient de tisser un lien de confiance avec les enfants, les locaux sont mieux équipés. Alors qu’il y a quelques années, les élèves se tenaient assis à écouter le prof sans broncher, maintenant ils peuvent circuler et parler entre eux. La communication semble être mise en avant puisque les professeurs mangent avec les enfants le midi ce qui leur permet de mieux les connaitre et de se positionner comme quelqu’un de bienveillant, selon eux les punitions ne servent à rien. De plus, les parents n’ont aucun frais pour leur enfants entre 7 et 16 ans, tout est pris en charge: soins, manuels et même la cantine ! En plus des cours traditionnels où la Finlande reste l’un des modèle les plus performants au monde, les enfants assistent à des cours pour les aider dans leur vie de tous les jours: coudre, mettre le linge à laver, apprendre à jouer d’un instrument

demain chapitre 5b.jpg

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce film qui se révèle être optimiste et pas moralisateur, certes la Terre se porte de plus en plus mal mais tout n’est pas perdu, des solutions pour y remédier existent ! Les solutions apportées dans ce film sont en plus relativement simples et faciles à comprendre. On perçoit que dans chacune des réponses apportées, le point commun demeure dans la solidarité. Aucun des projets exposés n’est possible si l’on agit seul mais ensemble nous pouvons faire de grandes choses pour éviter de dégrader notre Terre. Bien sûr, des solutions à échelle individuelle existent mais ne sont malheureusement pas abordées dans le reportage (végétarisme, covoiturage, voiture électrique, achat de panneau solaire pour maison individuelle, etc.). J’imagine que le sujet est trop vaste pour être étudié dans son intégralité. Toutefois, avoir divisé ce film en 5 parties permet de se focaliser sur chacun de ces points problématiques. Le film a reçu des bonnes critiques de la part des experts et du grand public et j’espère qu’il passera un jour à une heure de grande écoute sur TF1 ou France 2 par exemple ! Je vous encourage fortement à le regarder et à en parler autour de vous en espérant voir fleurir d’ici peu certaines de ces idées partout en France et dans le monde 🙂

Si vous souhaitez plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel du film ici

Bonne fin de week-end,

Ecologiquement,

Anna

 

 

 



0 thoughts on “Et si on parlait écologie avec le film Demain ?”

Laisser un commentaire